+33 (0)6 66 74 61 25 contact@agence-reducto.com

La consigne est-elle une solution zéro déchet ?

Comme le zéro déchet, l’économie circulaire est depuis quelques temps sur le devant de la scène. Pour autant il reste difficile de la définir pour le grand public. Dans la loi de transition écologique, l’économie circulaire est définit comme une économie en opposition avec le modèle actuel à savoir l’économie linéaire. L’économie linéaire c’est le fait d’extraire, produire, consommer et jeter. De fait, l’économie circulaire supprimerai les étapes d’extraction et de déchet.

La consigne s’inscrit dans cette idée d’économie circulaire. Mise en avant en particulier par deux acteurs qui ne se rejoignent pas vraiment sur la question, à savoir : Brune Poirson, secrétaire d’État à la transition écologique et l’association de lutte contre le gaspillage, Zero Waste France.

 

Que dit Brune Poirson sur la consigne ?

Brune Poirson, secrétaire d’État à la transition écologique, a appuyé la mise en place en 2019 de la consigne pour les bouteilles plastiques. Aussi appelé : consigne pour recyclage.

Le principe est simple, vous payez quelques centimes en supplément qui vous seront rendus si vous déposez votre bouteille usagée dans une borne de collecte prévue à cet effet. L’objectif ? Atteindre celui de la directive européenne de la loi sur la transition écologique de 2015 qui mentionne l’obligation des états de collecter les déchets plastiques à auteur de 70% avant 2020.

En effet pour l’instant seulement 9% du plastique mondial est recyclé. Ce qui veut dire que 91% du plastique produit devient après quelques secondes d’utilisation un déchet qui sera soit enfouie, soit brûlé ou encore dans la nature. Il est donc important que ce type de dispositif soit mis en place pour effectivement collectés et recyclé les bouteilles plastiques que nous utilisons au quotidien.

Alors quel est le problème de cette consigne pour recyclage ?

Le problème c’est que la question du plastique n’est pas résolue et les déchets non plus. Pourquoi ? Parce que le plastique ne se recycle pas à l’infini, il perd en qualité au fur et à mesure. Ce qui veut dire que tôt ou tard il deviendra un déchet. Finalement on retarde le processus sans l’enrayer. Là où il faudrait une mesure forte pour supprimer l’usage du plastique au quotidien on y met une mesure, certes pertinente, mais loin d’être suffisante. Si vous vous demandez pourquoi il faut supprimer le plastique de vos vies je vous renvoie à cette article. Et si vous avez le flegme je vous dirai simplement que si vous consommez des liquides et/ou des produits qui ont stagnés dans du plastique (particulièrement s’ils ont été chauffés) vous avez probablement des micro particules de plastiques dans le sang. Après, chacun fait ce qu’il veut.

Que dit Zero Waste France sur la consigne ?

Zero Waste France (ZWF) est une association nationale qui promeut le mode de vie zéro déchet et lutte pour faire de la réduction des déchets à la source une priorité du gouvernement. Pour ZWF le problème de cette consigne pour recyclage est qu’elle est finalement un pansement sur une plaie ouverte qu’est la pollution environnementale causé par la production et la gestion des déchets. En effet ce ne sont pas moins de 568kg (Chiffres clés, ADEME 2018) qui sont produits individuellement par les français.e.s chaque année. Ces déchets doivent être non seulement collectés mais aussi traités et encore trop souvent ils sont enfouis ou incinérés. Oui oui, le terme « centre de stockage » ou « valorisation » veut en fait dire que nos déchets sont respectivement soient enfouis dans des « piscines » ou bien brûlés dans des grands incinérateurs. La pollution de l’air et des sols causés par ces modes de traitement est colossale et pourtant ils restent les principaux modes opérationnels pour le traitement de nos déchets. La solution, selon ZWF, en matière d’emballage plastique et particulièrement des bouteilles, ce serait la consigne pour réemploi. Quelle différence ? La consigne pour réemploi consiste à utiliser un contenant en verre qui sera lavé puis réutiliser à l’infini. Comme les initiatives de Jean Bouteille ou encore En boîte le plat, la consigne pour réemploi ne fait pas de déchet. Une bouteille par exemple, sera achetée avec le coût supplémentaire de la bouteille et une fois que votre bouteille est vide il vous suffit de la ramener au magasin où elle sera lavée et remise en circulation. Pas de coût de transport spécifique, pas d’énergie utilisé pour fabriquer une nouvelle bouteille, pas de recyclage, juste une consigne pour le verre afin qu’il soit réutilisé. La démarche zéro déchet définit par Flore Berlingen, présidente de ZWF, souligne d’ailleurs qu’il faut « éviter le déchet, pas le gérer. »

Ce système de consigne pour réemploi nous le connaissons déjà,

En effet, avant 1970, la consigne pour réemploi était très répandue et, avant l’avènement du plastique dans les années 50, elle était même la seule option. Les industriels du verre faisaient encore preuve de bon sens, ils estimaient que le verre, suffisamment résistant, pouvait être réutilisé un bon nombre de fois avant d’être usé. Alors qu’est ce qui a perdu la consigne pour réemploi de papi-mamie ? Et bien désolé de vous l’apprendre si vous ne le savez pas déjà mais c’est le recyclage du plastique.

Le plastique est arrivé dans les années 50 comme une révolution. Résistant, malléable, transparent et incassable, les familles de l’époque s’en sont saisis à une vitesse fulgurante. Seulement voilà, que faire une fois que c’est un déchet ? Le recycler !

Une fois le problème du déchet à priori résolu, les centres de recyclage du plastique ont fleuri et notre chère bouteille de lait en verre que le postier venait déposer au pied de la porte a disparu. C’est donc le recyclage, et non le plastique en lui-même, qui a éradiquer la consigne pour réemploi du verre.

Une possible cohabitation entre consigne pour recyclage et consigne pour réemploi

Depuis peu, la consigne fait son entrée dans le paysage législatif et politique. Force est de constater que les habitudes des consommateur.rice.s évoluent, le gouvernement et les industriels affichent de l’intérêt pour cette pratique. Comme précité,  la consigne pour recyclage du gouvernement est une solution au problème des bouteilles plastique, pour autant elle n’est pas suffisante pour réduire à la source notre production de déchet. Comment alors, traité les déchets existants d’une part et réduire ces derniers d’autre part ?

L’association et la collaboration ont toujours très bien fonctionné pour résoudre des problèmes complexe. La consigne pour réemploi et celle pour recyclage doivent donc fonctionner de pair, au moins dans un premier temps. D’un côté traité les déchets que nous avons déjà, passe par les collectés correctement. La consigne pour recyclage est donc une bonne chose, à la condition que d’autre part, la consigne pour réemploi soit développée au maximum dans le but de réduire à la source notre production de déchet plastique. Les deux concepts sont complémentaires et doivent, dans un premier temps fonctionner de concert, si nous voulons nous débarrasser du plastique qui envahit nos vies.

La consigne pour réemploi est-elle suffisamment développée pour l’utiliser au quotidien ?

 

Je vous invite à suivre l’actualité sur le sujet, notamment sur le site de ZWF, qui participe à la rédaction de la loi sur l’économie circulaire qui devrait être présenté d’ici 2020.

Ainsi qu’à favoriser les réseaux de consigne pour réemploi existant. Comme Consign’up et Oc’Consigne à Toulouse présent dans certaines BIOCOOP. L’entreprise de consigne de bouteille en verre Jean Bouteille également présent dans quelques Casino Shop (Esquirol) ou BIOCOOP (Saint Orens). Aussi à vous munir de vos contenants en verre ou en tissu lorsque vous allez faire vos courses, même en supermarché ! Sachez que Carrefour s’est engagé avec ACT FOR FOOD à accepter tous les contenants de ces clients. Enfin vous si vous êtes commerçants ou restaurateur l’entreprise toulousaine En boîte le plat, propose un ensemble de boîte en verre consignées parfait pour la restauration rapide.

N’hésitez pas lancez-vous !

Tiphaine M. Lambert